Sophie Hofnung, de l’édition à la traduction

par Claire Darfeuille, le 10 janvier 2016

Lauréate du Prix de traduction Pierre-François Caillé 2015, Sophie Hofnung revient sur le parcours qui l’a menée de son travail dans l’édition au métier de traductrice littéraire. Elle évoque sa rencontre avec la langue espagnole, son goût pour la littérature jeunesse, la formation reçue à l’Ecole de traduction littéraire où elle est actuellement stagiaire… et l’écriture à la fois sensuelle et épurée d’Inés Garland.

Elle porte un nom à consonance germanique, celui de son mari, mais c’est de l’espagnol que Sophie Hofnung traduit depuis qu’elle a décidé de franchir le pas et de consacrer une partie de son activité professionnelle à la traduction littéraire.

« Pur produit de l’édition », comme elle se définit elle-même, Sophie Hofnung débute sa carrière à 22 ans par un stage aux éditions Métailié après des classes prépas, puis des études de lettres et d’histoire. Pendant trois ans, elle y apprend le métier d’assistante d’édition, avec déjà une forte inclinaison pour les littératures d’Amérique latine. Elle participe ensuite à l’aventure de Lonely Planet alors que l’équipe du célèbre guide de voyage ne comprend encore que quelques personnes en France. « Il s’agissait de traduire et d’éditer des textes à partir de l’anglais. Ce travail d’adaptation, en particulier des contenus culturels, rédigés par des anglophones pour un public francophone, a été très formateur, estime-t-elle, Par ailleurs je m’occupais des titres touchant les domaines hispaniques dès que cela se présentait. »

« J’ai fait le chemin à rebours, de l’édition vers la traduction »

Quelques années plus tard, elle rejoint l’Ecole des loisirs, où elle trouve à exprimer son goût pour la littérature jeunesse. « Défendre la qualité des livres et de la littérature pour les enfants et les adolescents était à l’époque une position presque militante », explique Sophie Hofnung, mère de trois enfants – dont elle recueillait les impressions de lecture. Au sein des collections de romans dirigées par Geneviève Brisac, elle intervient à chaque étape du travail éditorial (préparation de copie, révision, correction…) en coordination étroite avec les auteurs et les traducteurs, « jamais derrière leur dos », précise-t-elle. « J’ai en quelque sorte fait le chemin à rebours et suis passée de la réception des textes à la traduction elle-même », dit-elle, consciente que les compétences acquises lui permettent à présent d’aborder le métier de traductrice avec un précieux bagage.

« Je n’ai pas suivi d’études de langues et n’ai aucune ascendance espagnole. Mon coup de foudre pour cette langue remonte à mon entrée au lycée, ce fut une révélation fulgurante », se souvient-elle, avec une gratitude restée intacte pour sa professeure de seconde qui avait « l’intelligence de leur apprendre l’espagnol à travers la littérature et des textes historiques et politiques ». Dès les premiers cours, elle relègue l’anglais et opte pour l’espagnol en première langue vivante. Ses lectures et ses nombreux voyages en Espagne et en Amérique latine – Mexique, Argentine, Chili… – feront le reste. Elle se prend de passion pour les gens, les cultures, les couleurs, et les littératures latino américaines.

Pour en savoir plus